Il y a 1 année

L’actualité de la Bourse et du trading – Juin 2017

Newspaper headlines - finanical meltdown

Indices boursiers, évolution des cours de matières premières et des devises, analyses de marchés. Retrouvez toutes les informations qui font l’actualité de la Bourse et du trading sur le 2e trimestre 2017. Des données économiques et financières décryptées par Jean-Jacques Friedman, Directeur des Investissements chez VEGA Investment Managers, qui vous livre également ses convictions et ses anticipations. Un tour d’horizon du marché indispensable pour tous les investisseurs.

« Sur le dernier trimestre, c’est encore l’actualité politique qui a dominé des deux côtés de l’Atlantique. Du côté américain, il y a eu tout d’abord un revirement de position quant à l’attitude des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine qui n’accuse plus cette dernière de manipulation sur les changes. De même, l’attaque américaine en Syrie a été perçue comme un signe que les Etats-Unis ne délaissaient pas le champ des affaires internationales, ce qui a été accueilli positivement par les investisseurs. En Grande-Bretagne, Theresa May a décidé d’organiser des élections législatives anticipées ; l’Europe affiche un front uni face à elle et semble lui imposer ainsi en quelque sorte un « hard brexit ».

 

Rebond important des marchés européens

Ceci nous amène directement à l’élection française et à la question de la modification de la perception de l’Europe. Le résultat des élections au premier tour a clôturé le suspense et a offert un rebond important des marchés européens qui gagnent plus de 10% depuis le début d’année. Cette hausse des marchés reflète à peine l’amélioration des résultats qui seront enregistrés en 2017.
Le risque politique français était d’ailleurs perçu très différemment entre investisseurs internationaux et domestiques, et c’est l’évènement « Penelopegate » qui a finalement repoussé l’amélioration de cette perception de la situation française.

Au-delà de la réussite de cette dynamique en France, et d’une sortie de l’enlisement européen, notamment au travers du retour du moteur franco-allemand mis en avant depuis plusieurs mois, Emmanuel Macron bénéficiera d’un contexte économique bien meilleur que celui de son prédécesseur. Tout d’abord, du fait de l’extrême faiblesse des taux d’intérêt, la question de l’assainissement budgétaire – qui avait notamment entraîné les hausses d’impôt du précédent mandat – ne se pose plus dans les même termes. Ensuite, la zone euro connait une amélioration sensible de la situation de l’emploi, avec une baisse de 2,5% en trois ans. Et enfin, le retard accumulé entre production réelle et croissance potentielle en France au cours des dernières années, conduit à un rattrapage qui permet à un organisme comme l’OCDE d’anticiper une croissance moyenne annuelle de l’ordre de 1,7% pour les cinq prochaines années.

 

Une perception différente autour de l’Europe politique

Les publications des entreprises confirment largement cette amélioration. La question que nous posions en ce début d’année était de savoir si l’élément politique, qui avait été considéré du côté européen comme un risque et un handicap depuis plusieurs années, ne pourrait pas au contraire constituer une opportunité pour 2017. La question d’une Europe à plusieurs vitesses et la résolution rapide des derniers épisodes grecs constituent des premiers indices aux yeux d’investisseurs anglo-saxons totalement absents de nos marchés. Au cours des dernières semaines, plusieurs éléments sont venus confirmer la différence de perception autour de l’Europe politique. Il y a eu bien sûr la large victoire d’Emmanuel Macron, avec une probabilité élevée qu’une majorité au parlement soit remportée par son parti. Le couple franco-allemand est remis en marché et il faut également souligner le fait que l’Italie pourrait peut-être rejoindre ce moteur avec Matteo Renzi qui suggère une gestion politique forte, c’est-à-dire que les élections italiennes aient lieu en même temps que les élections allemandes le 24 septembre prochain. Il y a enfin le fait que l’Union Européenne apparaît unie face au Brexit, avec une feuille de route claire du Commissaire européen Michel Barnier démontrant que les 27 pays européens font preuve d’une union sans faille.

 

Une progression possible des taux en 2017

En termes de politique monétaire, le cadre reste le même avec une Fed qui a confirmé que la hausse des taux allait probablement continuer en 2017, du fait de sa confiance dans l’économie américaine malgré quelques signes de faiblesse récemment observés. Deux hausses sont attendues aux Etats-Unis. Du côté européen, Monsieur Contancio, vice Président de la BCE, a déclaré qu’une politique accommodante pour une période prolongée est moins risquée qu’un retrait prématuré de la stimulation monétaire. Un message on ne peut plus clair donc sur la poursuite de la politique de la BCE.
Comme nous l’indiquions dans le flash info au lendemain des élections, la hausse des indices européens dans ce contexte n’a pas entamé le potentiel d’amélioration économique sur les prochaines années en France et en Europe, qui pourra se développer si le cycle de croissance américain débuté il y a huit ans ne s’achève pas et si les déséquilibres chinois liés à l’endettement sont bien gérés. Ces deux points constituent les risques de ce scénario, mais les investisseurs considèrent à horizon de quelques trimestres qu’il est trop tôt pour que ces deux risques se matérialisent. »

 

Le présent document a un caractère purement informatif. Il ne saurait constituer un conseil en investissement ni une quelconque recommandation personnalisée. Il a été réalisé sur la base de données financières et/ou conjoncturelles valables à un instant donné et émanant de sources extérieures à VEGA Investment Managers, dont elle ne saurait garantir la parfaite exactitude. La responsabilité de VEGA Investment Managers ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document. Il est rappelé qu’avant toute décision d’investissement/désinvestissement, il appartient à l’investisseur de s’assurer, auprès de ses conseils juridiques, fiscaux, financiers, comptables et tous autres professionnels compétents, que l’investissement/désinvestissement envisagé est conforme à ses besoins, au regard notamment de sa situation financière, juridique, fiscale ou comptable et de ses objectifs d’investissement. Préalablement à la souscription, nous vous invitons à prendre connaissance du document d’information clé pour l’investisseur (DICI) de ces fonds, remis par votre interlocuteur habituel.

Articles similaires