Il y a 1 mois

Rencontre avec Sandrine Vincelot-Guiet

VEGA 2018

Sandrine Vincelot-Guiet, directeur conseil et sélection OPCVM chez VEGA Investment Managers.

Depuis le début des années 2000, VEGA Investment Managers s’occupe de la gestion sous mandat des investisseurs de la Banque privée Caisse d’Epargne. Sandrine Vincelot-Guiet explique comment le savoir-faire des gérants permet d’élaborer une allocation d’actifs, puis une gestion de portefeuille, qui reflètele profil de chaque investisseur.


Quelle part prend l’allocation d’actifs dans la performance d’un portefeuille financier ?

Une part essentielle pour 3 raisons :

La 1ère : L’allocation d’actifs est la base essentielle à tout portefeuille. Elle est conçue pour s’adapter aux besoins des clients, à leur profil de risque et à leur horizon d’investissement. Une allocation pertinente est indispensable pour pouvoir ensuite mener une gestion de portefeuille cohérente.

La 2ème : elle permet  d’optimiser le portefeuille dès sa conception, nous avons ensuite les moyens de rester investis quelles que soient les conditions de marché, tout en préservant les intérêts de l’investisseur.Au cours de ces dernières années, le contexte a été marqué par des taux d’intérêt très faibles et des marchés actions plus ou moins volatiles selon les zones géographiques :, l’aménagement de l’allocation d’actifs est alors le facteur discriminant qui permet de bâtir une stratégie sur le moyen/long terme, stratégie qui peut ensuite faire l’objet d’ajustements tactiques à court terme.

Enfin, la 3ème raison mise en avant est la diversification des portefeuilles au service des choix d’allocation d’actifs.  Elle nous permet non seulement de procéder à des arbitrages entre les trois grandes classes d’actifs que sont l’obligataire, les actions et le monétaire, mais aussi d’affiner encore notre allocation en adoptant des biais sectoriels, thématiques, géographiques, de style de gestion, de segmentation de marché … Au sein de la classe obligataire, nous pouvons par exemple sélectionner des typologies de gestion  différentes, comme les fonds en obligations d’Etat, high yield (haut rendement) ou l’investment grade (titres bien notés) ainsi que des zones géographiques différentes (pays, zone euro, Europe, US, pays émergents, …)

Confier sa gestion à un professionnel des marchés permet de réaliser tous ces arbitrages en adéquation avec le profil de risque de l’investisseur.

 

Quelles sont les règles d’or à respecter pour bâtir et mettre en œuvre une allocation d’actifs pertinente ?

3 principales règles :

La 1ère règle est de savoir traduire l’allocation d’actifs à travers une sélection de supports d’investissement adapté.. Chez VEGA Investment Managers, depuis une vingtaine d’année, nous avons élaboré un process robuste  d’analyse et de sélectionde fonds, qui s’accompagne d’un suivi régulier dans le temps. Ainsi  pour la gestion sous mandat qui nous est confiée , les gérants ont accès à une liste étoffée et diversifiée de fonds, puisque nous travaillons en architecture ouverte pour leur sélection. Outre les fonds, nous avons également une longue expérience dans la sélection de titres vifs.

Nous effectuons notre sélection de fonds via un procédé rigoureux et collégial : notre équipe de quinze experts en multigestion se réunit ainsi en comité chaque semaine. Nous nous intéressons à toutes les classes d’actifs et toutes les zones géographiques et procédons à des analyses quantitatives et qualitatives.

Arrive alors la deuxième règle pour mettre en œuvre une allocation d’actifs pertinente, c’est la diversification dans la construction de portefeuille : savoir assembler des supports d’investissement de manière optimale en évitant des concentrations de corrélation.

Une gestion pertinente impose ensuite de faire évoluer le portefeuille. Pour cela, nous pouvons procéder à des arbitrages entre les classes d’actifs. Sur les portefeuilles équilibrés, nous venons par exemple de faire passer la part de la poche actions de 52 % à 54 %. Nous pouvons également procéder à des arbitrages au sein des classes d’actifs elles-mêmes. Dans la poche actions, nous avions ainsi, le mois dernier, pris des bénéfices sur une partie des titres de croissance et nous nous sommes positionnés, pour du court terme, sur de la gestion value avant de retourner les positions

Pour conclure, la 3ème règle d’or est de ne jamais laisser dormir un portefeuille. Nous ajustons nos décisions d’allocation et de construction de portefeuille en fonction de plusieurs paramètres :

  • Le contexte macroéconomique
  • La dynamique microéconomique (annonces d’entreprises, perspectives d’évolution…)
  • L’évolution des politiques monétaires
  • Les flux sur les marchés
  • La psychologie des marchés.

Sans un suivi professionnel de tous ces critères et des prises de décisions en conséquence, un portefeuille risque de sous-performer.

 

L’année 2018 marque le grand retour de la volatilité sur les marchés financiers. Selon votre expérience des dernières grandes crises, en quoi l’allocation d’actifs permet-elle de passer ces périodes chahutées ?

Nous avons près de 20 ans d’expérience dans la gestion d’actifs et avons donc déjà connu plusieurs crises. La gestion patrimoniale de VEGA I M s’exprime à différents niveaux dans la construction des portefeuilles. Notre principe est de s’appuyer sur un cœur de valeur de croissance pour son coté résilience (meilleur résistance à la baisse en cas de forte correction des marchés). Ainsi, pendant la crise de 2008, cette approche stratégique a permis à notre gestion sous mandat de mieux résister, avec notamment pour les PEA une baisse de 10 % de moins que le marché.

D’autre part, nous sommes également à même d’aller chercher le rendement sur toutes les classes d’actifs, en fonction des évolutions du marché. Depuis la fin de l’année 2017, nous avons notamment débouclé nos positions sur les fonds obligations High Yield, sur les petites et moyennes capitalisations, pour privilégier de nouveau notre cœur de stratégie, la gestion de croissance.

 

En somme, l’allocation d’actifs est un gage de tranquillité pour les investisseurs ?

Effectivement, avec des choix qui sont suivis, surveillés, adaptés lors de notre comité d’allocation d’actifs hebdomadaire rassemblant les gérants de nos pôles d’expertises (allocataires, actions, taux, sélectionneurs de fonds et gérants sous mandat)

Une fois que les choix d’allocation sont faits, le gérant d’actifs va mettre ses connaissances du marché au service de l’investisseur en faisant un suivi du portefeuille. Ce suivi est primordial. D’ailleurs, au-delà de nos comités d’allocation hebdomadaires, nous sommes en mesure de prendre rapidement des décisions sur nos portefeuilles pour nous adapter à une évolution soudaine de marché.

Le savoir-faire des gérants est indispensable car ils ont une aversion au risque différente des particuliers. Ce recul leur permet de prendre des décisions qui conservent la cohérence du portefeuille sur la durée.  Quelle que soit la solution choisie (GSM modélisée ou GSM Personnalisée accessible à partir de 750 000 euros), la valeur ajoutée du gérant réside avant tout dans sa capacité à construire un portefeuille en ligne avec l’allocation d’actifs et le profil de risque, puis à préserver l’investissement en réalisant des arbitrages au sein du portefeuille, grâce à sa connaissance et son accès aux marchés financiers.

Articles similaires