Les Fintech, nouveaux acteurs de l’industrie financière

La révolution digitale, avec l’influence croissante des médias sociaux et l’émergence de nouveaux modes de consommation, a vu la création de business modèles innovants.
De nombreuses startups proposent ainsi une offre bancaire renouvelée qui bouleverse les codes et les habitudes. Alors, les Fintech représentent-elles une menace ou une opportunité pour les banques dites « traditionnelles » ?

 

Nouveaux modèles, nouveaux usages

Le terme Fintech est la contraction de finance et technologie. Autrement dit, les Fintech déploient des technologies innovantes au service des activités financières. Cet univers porte essentiellement sur le financement participatif (crowdfunding), le paiement (mobile et à distance), la gestion d’actifs ou de trésorerie, la monnaie virtuelle ou encore les insurtech (assurances).
Leur point commun est de présenter un nouveau modèle de relation client centré sur les besoins avec des solutions rapides et plus accessibles.
En proposant une meilleure expérience à leur utilisateur, elles séduisent un nombre croissant de consommateurs, à commencer par « la génération Y » qui utilise abondamment smartphones et services en ligne.

 

Quels risques pour les banques ?

Les Fintech ont prouvé qu’elles faisaient désormais partie intégrante du tissu économique. En captant une partie de leurs revenus, elles peuvent apparaître comme une menace pour les banques. Certes, plusieurs innovations modifient les pratiques commerciales avec, par exemple, des opérations bancaires « simples » améliorées et optimisées. Il n’en demeure pas moins que la relation directe entre un banquier et son client reste l’atout majeur des banques. Le conseil, la prise en charge de situations particulières, les solutions sur-mesure… autant de bénéfices pour lesquels les acteurs de la Fintech n’ont pas démontré leur supériorité.
Si les Fintech ont bel et bien changé les habitudes, il s’agit bien souvent de services complémentaires à l’offre traditionnelle, des innovations qui poussent les banques à s’adapter…

 

Le Groupe BPCE précurseur

En réalité, les Fintech représentent un challenge pour les banques qui doivent repenser leur modèle et prendre en compte cette transformation numérique en conservant leurs atouts et leurs spécificités. Ces nouvelles ressources sont l’opportunité pour les banques d’améliorer leurs services en alliant le meilleur de l’humain et du digital.
Fer de lance dans l’intégration de technologies innovantes, le Groupe BPCE en a parfaitement compris les enjeux. C’est ainsi qu’il a développé S-MONEY, la première solution bancaire de paiement par monnaie électronique. Elle facilite le quotidien de ses clients qui, depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur, peuvent payer, recevoir, transférer de l’argent gratuitement.
Le rapprochement des banques avec les Fintech apparaît sans nul doute comme une complémentarité favorable à chacun des acteurs.

 

L’alliance Caisse d’Épargne / Fintech : duo gagnant au service des clients

La Caisse d’Épargne a depuis longtemps perçu les synergies positives que pouvaient apporter les Fintech et s’est toujours attachée à améliorer les pratiques et la satisfaction de ses clients.
Elle propose notamment pour ses clients donateurs ou mécènes Espace Dons, une plateforme digitale pour collecter des dons en ligne au profit d’associations.
Avec Banxo, une application de gestion bancaire pratique et sécurisée, ses clients pilotent leurs comptes Caisse d’Épargne, mais consultent aussi leurs comptes détenus dans d’autres établissements pour une vision globale.

Au quotidien et de façon de plus en plus efficace, les Fintechs accompagnent les gestionnaires patrimoniaux et les banquiers privés dans la relation client. En apportant des outils novateurs, elles améliorent l’expérience du client au sein de la Banque privée.


Edito juin 2017

Offrir un accompagnement haut de gamme, sur mesure et personnalisé aux dirigeants de PME et aux familles dont le patrimoine est constitué depuis plusieurs générations… Telle est l’ambition de la Banque Privée de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes. Découvrez l’édito d’Emmanuelle Rebaï.

À l’ère du digital, une Banque Privée multiconnectée

Simples et efficaces, les technologies digitales sont largement entrées dans les usages et les démarches de tous les jours. La Banque Privée Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes s’inscrit dans cette révolution numérique par l’intermédiaire notamment de ses gestionnaires patrimoniaux, point d’entrée de la relation bancaire au quotidien.

Emmanuelle Rebaï, gestionnaire patrimoniale, explique comment les solutions numériques se sont avantageusement intégrées à sa profession. « À la Banque Privée de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes, nous nous appuyons sur les outils digitaux afin d’être disponibles pour l’accompagnement et le conseil aux clients. D’un côté, ces outils font gagner un temps précieux à nos clients, de l’autre, ils nous permettent d’avoir une réactivité et une efficacité accrues. Le numérique est devenu un allié incontournable pour améliorer nos services et tisser des liens pérennes avec nos clients. »

La Banque Privée de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes se démarque ainsi par sa disponibilité et son efficacité grâce aux outils numériques qui lui permettent de multiplier les canaux de communication (mail, SMS, visioconférence, etc.).

Les gestionnaires patrimoniaux déploient ainsi leur expertise en s’appuyant sur ces technologies numériques pour les besoins bancaires de leurs clients au quotidien. Par exemple, la signature électronique se généralise pour simplifier les démarches, en toute sécurité, tant pour les besoins de financement que pour les solutions d’épargne bancaires ou les assurances du patrimoine et la protection de la famille.

« Nous tirons constamment profit du digital pour améliorer notre relation client et proposer des produits toujours plus innovants. », conclut Emmanuelle Rebaï.

Découvrez dans cette Newsletter comment la Banque Privée de la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes a su intégrer les multiples avantages des outils digitaux pour rendre l’expérience digitale client simple et efficace.


Entretien Odile Truptil

Odile Truptil, Digital Champion et Directrice Organisation Process à la Caisse d’Épargne Aquitaine Poitou-Charentes

Quelles sont les grandes lignes de la stratégie digitale du Groupe BPCE ?1

Odile Truptil : Dans un contexte de révolution numérique, l’impact des nouvelles technologies sur nos métiers de banque et d’assurance appelle un plan d’action digital ambitieux, au bénéfice tant de nos clients que de nos équipes.
Yves Tyrode, ex-directeur général du numérique de la SNCF, a rejoint le Groupe BPCE en octobre 2016 pour occuper les fonctions de Chief Digital Officer. En tant que membre du Comité de Direction Générale du Groupe BPCE, il pilote, auprès de François Pérol, Président du Directoire, la transformation digitale du Groupe.

Le Groupe BPCE dispose d’atouts forts dans cette transformation en cours avec notamment 75 % de clients abonnés à la banque en ligne à fin 2016, 100 000 signatures électroniques par jour ou encore 9 millions de téléchargements des applications bancaires des réseaux du Groupe.

L’ambition du Groupe est de satisfaire ses clients et ses salariés d’aujourd’hui et de demain en mettant en œuvre les meilleurs standards du digital pour construire la banque et l’assurance du futur. Ainsi le Groupe BPCE est déjà passé à l’offensive sur le numérique par la digitalisation progressive des process, mais aussi par l’acquisition de nouveaux acteurs (la banque mobile Fidor, la cagnotte en ligne Le Pot Commun ou les paiements S-Money) et par le développement de coopérations avec Apple pour le paiement mobile ou Happy Capital pour le crowdfunding qui lui apportent un socle solide.

En pratique, l’ambition digitale du Groupe BPCE repose sur un leitmotiv et trois axes :
« Faire simple » pour nos clients en améliorant la proximité (qui n’est pas contradictoire avec le digital), avec une meilleure qualité de service et davantage de conseil et d’expertise. L’objectif est de développer la satisfaction de nos clients.
« Faire simple » pour nos collaborateurs avec un plan d’excellence opérationnelle visant à faciliter l’activité et améliorer la structure du Groupe pour booster la performance de nos collaborateurs.
« Faire simple » pour nos communautés partenaires (start-up, écoles, etc.) avec des projets qui favorisent notre ouverture et apportent les solutions de demain.

Des moyens importants sont alloués à Yves Tyrode et son équipe pour concrétiser ces ambitions (750 millions d’euros seront investis d’ici 2020).

 

Pouvez-vous nous dire ce qu’est un Digital Champion et quel est son rôle au sein de la Caisse d’Epargne Aquitaine Poitou-Charentes et du groupe BPCE ?

Odile Truptil : Un Digital Champion est le relais de la Direction Digitale dans chaque établissement du Groupe. J’appartiens donc à une communauté de 42 Digital Champions animée par la Direction de la Transformation Digitale du Groupe BPCE.
Concrètement, la mutation numérique concerne les produits et services destinés aux clients, mais aussi les organisations. Nous avons ainsi la mission de proposer et piloter la conversion digitale, d’assurer en région la connexion à l’écosystème digital, et, en parallèle, de développer et diffuser la « culture numérique » au sein des équipes.

 

Quelles évolutions majeures digitales sont à venir pour nos clients dont les clients de la Banque Privée ?

Odile Truptil : Le plan digital du Groupe BPCE sera mis en œuvre à travers des saisons de 6 mois. Chaque saison verra le lancement de plusieurs projets numériques. L’objectif de ce séquençage est de transformer rapidement les ambitions affichées en réalités pour nos clients, nos collaborateurs et nos communautés partenaires.

Les premières réalisations de la « saison 1 » seront visibles par nos clients sur l’application mobile qui changera d’ergonomie. L’accès, la connexion et la navigation seront simplifiés, de nouveaux services faciles et mobiles seront mis en place et la souscription digitale sera étendue. Par exemple :
– Le pilotage de sa carte de paiement sera possible depuis son Smartphone (opposition, blocage des achats Internet, blocage des transactions à l’étranger, consultation du plafond).
– La prise de rendez-vous avec son conseiller sera opérationnelle depuis son Smartphone.
– L’ajout d’un compte bénéficiaire sera instantané, avec la possibilité d’effectuer des virements permanents.
– D’autres services à distance apparaîtront progressivement comme l’entrée en relation en moins de 5 minutes ou la souscription digitale d’un crédit immobilier, d’un crédit consommation, l’obtention d’une enveloppe de financement permettant de réaliser en ligne un financement (crédit ou crédit-bail).

En conclusion, la révolution digitale représente une opportunité à saisir pour réinventer nos métiers de la banque et de l’assurance, changer de dimension tout en restant un métier de relation. C’est pourquoi notre objectif principal demeure la satisfaction de nos clients. Nous veillons à l’améliorer en leur apportant notamment toujours plus de proximité avec des outils numériques de plus en plus performants.

1 Groupe BPCE : 2ème groupe bancaire en France constitué de deux grands réseaux coopératifs, Banque Populaire et Caisse d’Epargne, et leurs filiales.